Définition d’une «Culture Biocentrique»

ASSOCIATION BIODANZA CANADA

« DÉFINITION D’UNE CULTURE BIOCENTRIQUE »

C’est en 2001 que la Biodanza commence à s’enraciner doucement au Québec. Rolando Toro, son créateur a développé cette approche autour d’un principe appelé « BIOCENTRIQUE ».

C’est avec joie que nous vous partageons cette magnifique définition élaborée par le comité « Code éthique et déontologie », elle a d’ailleurs été adoptée lors de l’Assemblée générale annuelle du 7 novembre 2021. Elle servira d’assise dans le déploiement de la nouvelle structure que l’Association est en train de mettre en place et donnera une belle impulsion au mouvement de la Biodanza au Québec.

Un immense merci aux membres du comité.

Préambule
Une culture réfère à un ensemble de phénomènes et à des manières de faire. Une culture est «ce qui est commun à un groupe d’individus et comme «ce qui le soude», c’est-à-dire ce qui est appris, transmis, produit et inventé»[1]. La culture est donc considérée comme l’ensemble des traits distinctifs qui caractérise un groupe social ce qui inclus les valeurs, les croyances et les façons de vivre. «Ce «réservoir commun» évolue dans le temps par et dans les formes des échanges. Il se constitue en de multiples manières distinctes d’être, de penser,  d’agir et de communiquer en société.» [2] 

La culture Biocentrique
Nous entendons par culture biocentrique, une culture dont les principes sont ancrés dans les lois du vivant. Elle propose de sortir de la vision anthropocentriste pour mettre la vie au centre et considérer l’être humain comme faisant partie d’un ensemble plus vaste que lui : le Vivant.

La culture biocentrique est fondée sur des valeurs de solidarité et d’empathie. Elle valorise la communication saine, l’inclusion, le respect, la qualification et la coopération. Elle reconnait la valeur intrinsèque de tout être vivant. En ce sens, elle intègre dans la manière d’orienter ses choix et ses actions,
l’interdépendance inhérente à tous les systèmes vivants dans un grand souci de respect et d’application urgente d’une écologie globale.

La culture biocentrique permet le déploiement de l’Intelligence affective qui génère une écologie humaine de la relation. Elle favorise l’émergence de la bienveillance, c’est-à-dire de notre aptitude innée à prendre soin, dont découle naturellement la bientraitance.

De plus, la culture biocentrique reconnait l’importance et stimule le développement de l’intelligence collective tout en valorisant la richesse de l’identité individuelle. Elle crée ainsi un cercle vertueux entre unicité et collectivité : la collectivité soutient le déploiement de l’identité des individus, l’unique, et l’unique nourrit et enrichit la collectivité qui le soutient à son tour.

La culture biocentrique invite à un nouveau paradigme qui renouvelle sans cesse nos manières d’agir les savoir-faire, les savoir-être et les savoir vivre. Elle porte en son essence le rétablissement de la saine relation/connexion à soi, à l’autre, à la collectivité et à plus grand que soi, peu importe les croyances individuelles. Elle valorise la pleine présence à l’expérience de vivre et la perception des ressentis corporels et émotionnels.

La culture biocentrique par sa nature même, offre des espaces guérisseurs tant au niveau individuel, communautaire que sociétal. Elle favorise le plein épanouissement et l’émergence du meilleur à la fois chez les individus et dans la collectivité par sa célébration de l’amour comme force intégrante de vie!

Par Maira Martinez et Anne-Marie Riel, en collaboration avec les autres membres du comité Éthique et Déontologie de l’Association Biodanza Canada : Yves Léger, Geneviève Sirois et André Bélanger.

© Association Biodanza Canada 2021      

[1] Dictionnaire Wikipedia
[2] Dictionnaire Wikipedia